• MANIFESTATIONS MENSUELLES POUR LA LIBERATION ANIMALE

    MANIFESTATIONS MENSUELLES  POUR LA LIBERATION ANIMALE

    MANIFESTATIONS MENSUELLES

    POUR LA LIBERATION ANIMALE

    chaque premier samedi du mois

    Depuis plus de cent ans des associations protectionnistes tentent de faire évoluer les conditions de vie des animaux exploités par l’homme. Force est de constater que, malgré leurs actions, le résultat s’avère très mitigé. Dans quelques pays, les cirques avec certains animaux sont interdits de même que le foie gras ; la fourrure de chiens et de chats est proscrite tout comme la chasse à courre. Mais aucun type d’exploitation n’a réellement disparu de la surface de la terre. L’expérimentation animale, les élevages pour la consommation de viande, de fourrure, la chasse, la pêche et la corrida existent encore et ces « activités » génèrent de la souffrance et la mort d’animaux qui ne demandent qu’à vivre libres comme  tout- un- chacun.

    La raison en est, peut-être, que les associations de défense animale se perdent dans des compromis (par exemple, demander des cages moins exigües) qui admettent, en fin de compte que l’exploitation des animaux est nécessaire à la vie de l’homme.

    Les vegans ont pourtant déjà prouvé qu’il n’en est rien en n’utilisant et en ne consommant aucun produit animal. Il  s’agit d’une démarche de consommateur très importante.

    Mais nous voulons aller encore plus loin et revendiquer la libération totale et absolue des animaux sur un plan politique et non plus sur un choix libre de consommation.

    Nous avons bien conscience qu’il s’agit d’un message fort parce qu’il n’est plus question d’améliorer la vie carcérale des animaux mais, bel et bien, qu’ils soient libres de vivre comme ils l’entendent sur un espace terre que nous devrions apprendre à partager pacifiquement avec eux.

    Certes, cela demande une évolution des consciences et une remise en cause de tout un système économique dont des pans entiers sont bâtis sur l’esclavage des animaux.

    Comme l’esclavage humain a été aboli, l’esclavage animal doit aussi être aboli.

    A la question, « Pouvons-nous nous passer d’utiliser des animaux ? » la réponse est oui. Les abolitionnistes de la viande ont prouvé qu’une alimentation carnée (aussi bien animaux terrestres qu’animaux marins) n’est pas nécessaire à l’homme. Les végétaliens prouvent qu’il en est de même avec la consommation d’œufs et de produits laitiers. Quant à l’expérimentation animale, Victor Hugo la considérait comme un crime et des scientifiques honnêtes prouvent qu’une espèce animale n’est jamais le modèle scientifique d’une autre espèce animale, cette différence rendant les résultats de l’expérimentation peu fiable. Là encore, il y a des enjeux économiques qui relèguent la vie animale au second plan. Nous ne soulèverons même  pas la question relative à l’utilité du port de la fourrure, du cuir ou bien encore celle des divertissements comme la corrida, la chasse, les cirques avec animaux, les zoos, les courses d’animaux tant la réponse négative à cette question s’impose de façon  évidente.

    C’est donc ce message fort, la libération animale totale et absolue, que nous revendiquerons  tous les premiers samedis du mois et dans plusieurs villes.

    Certes, nous ne serons pas nombreux à ce premier rendez-vous : Le mouvement pour la libération animale n’en est qu’à ses balbutiements du moins sous cette forme. Après des débats philosophiques sur la question, l’heure est venue de passer à une action régulière.

    Nous aspirons à ce que ce mouvement généreux fasse évoluer les consciences et permette ainsi le  passage d’une société spéciste à une société antispéciste.

    La libération animale sera, peut-être, l’évolution majeure de ce 21e siècle comme la prise de conscience écologique l’a été pour la fin du 20e et les progrès sociaux pour la fin du 19e.

    Plus d'infos sur leurvienenousappartientpas.over-blog.com


    Tags Tags : , , ,